Recherche et santé: des leviers pour le développement en Afrique et pour une optimisation du dividende démographique ?

0
64
dav

 

Le 13 avril 2017

Assemblée nationale française (Paris)

 

Présentation et objectifs de la rencontre

 

 

Résumé

 

Le colloque du 13 avril 2017, CHERPAA a organisé un colloque sur la santé et la recherche en Afrique avec pour but de réfléchir et d’échanger sur les priorités et les outils susceptibles de permettre à l’Afrique de répondre aux enjeux auxquels elle fait face en matière de santé comme en matière de recherche.

 

L’idée était d’identifier concrètement des dispositifs permettant d’accompagner l’Afrique face à ces enjeux en s’appuyant prioritairement sur des politiques publiques au service de ses populations et donc centrées sur l’Homme, sur la diaspora, sur les échanges commerciaux et sur une industrialisation qui laisse aux individus une protection élémentaire. Bien entendu la question de l’aide au développement fut posée dans un second temps.

 

À noter que le contexte électoral commandait de demander aux candidats de présenter leurs visions des relations entre l’Europe, la France et l’Afrique. Aucun des candidats ne s’est finalement déplacé y compris M. Benoit HAMON, candidat du Parti Socialiste dont la présence avait pourtant été confirmée.

 

L’objectif principal de cette rencontre était de mobiliser des experts qualifiés pour développer des mécanismes concrets permettant à la diaspora africaine de soutenir les priorités scientifiques, technologiques et de développement en Afrique, en mettant particulièrement l’accent sur la recherche, la santé, la sécurité sociale et l’industrialisation.

 

Une attention particulière était consacrée à la question des transferts de technologies en échos notamment à la COP 21 qui s’y était montrée favorable. La réalité est que l’identification et le renforcement des talents scientifiques locaux en Afrique demeurent un des défis les plus importants pour l’Afrique à court et moyen terme.

 

Concernant la santé, les chefs d’État et de gouvernement africains ont signé en 2001 la Déclaration d’Abuja et se sont engagés à allouer au moins 15% de leurs budgets nationaux à la santé d’ici à 2015. Ils ont également promis d’éliminer toutes les taxes et autres obstacles économiques à la une véritable lutte contre le SIDA. Toutefois, selon l’OMS, les progrès accomplis dans ce sens ont été lents et les dépenses de santé continuent d’être perçues comme des « consommations » plutôt que des « investissements ». Seuls cinq pays, le Botswana, Madagascar, le Rwanda, le Togo et la Zambie ont pu atteindre l’objectif fixé dans la Déclaration d’Abuja – consacrer plus de 15% des dépenses des administrations publiques aux soins de santé. En 2006, la stratégie de financement de la santé pour la Région a exhorté les États membres à mettre au point des mécanismes de remboursement anticipé pour financer les services de santé. Les pays élaborent progressivement des stratégies pour renforcer la protection contre les risques financiers et réduire les paiements directs, mais les progrès ont été lents. »

 

Concernant la recherche, lors du sommet de l’UA à Addis-Abeba (Éthiopie) en 2007, les dirigeants africains ont lancé un plan d’action continental pour le développement de la technologie, de la science et de l’innovation sur le continent. Dix ans après ce lancement, il existe une possibilité d’évaluer les réalisations, les défis et les opportunités relatifs aux politiques et programmes mis en œuvre dans ce domaine. En outre, l’une des principales recommandations de la COP 21, tenue à Paris en décembre 2015, était axée sur la nécessité de faciliter le transfert des compétences et des connaissances scientifiques et technologiques des pays développés vers leurs homologues en développement.

 

Tables rondes & Intervenants

14.15- 15.30

Table ronde 1: Technologie & recherche scientifique

Mot d’ouverture

  • Liévin FELIHO: Président de CHERPAA

 

  • Dr Tedros ADHANOM GHEBREYESUS: Ministre des affaires étrangères d’Éthiopie et candidat de l’Union Africaine au poste de Directeur Général de l’OMS (mai 2017) (intervention à distance)

 

Modérateur: M. Liévin FELIHO: Président de CHERPAA

 

  • Mme Yvonne MBURU: Fondatrice et directrice générale de Med in Africa
  • Demba DIENG: Fondateur de Pay Yes
  • Benjamin NGONGANG: Président de OSER L’AFRIQUE
  • Fortuné AHOULOUMA: Avocat
  • Landry DJIMPE: Directeur Stratégie de Innogence Consulting
  • Jean-Marc CHATAIGNIER: Directeur Général Délégué de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

                                                                  

Mot de cloture

  • Jean-marc CHATAIGNIER: Directeur Général Délégué de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

 

  • 45- 16.15

Message sur l’Afrique de M. Benoit HAMON, candidat à la Présidence de la République

16.30- 17.30

Table ronde 2: Santé & Sécurité Sociale

 

Modérateur: M. Liévin FELIHO: Président de CHERPAA

  • Dr Githinji Gitahi: Directeur Général Groupe de l’AMREF Health Africa, (video conference)
  • Mme. Salma AHMED: Ambassadeur du Kenya en France
  • M. Nega TSEGAYE: Ambassadeur d’Ethiopie en France
  • Un représentant de l’Ambassadeur d’Ouganda
  • Mme Friedericke ROEDER, Directrice Générale de ONE, France
  • Hervé ODJO: Président de l’Association des Actuaires Africains

17.45- 18.45

Table ronde 3: Commerce, Industrialisation, défis pour la diaspora africaine

Modérateur: M. Landry DJIMPE: Directeur Stratégie de Innogence Consulting

 

  • M. Humphrey CHILU CHIBANDA: Ambassadeur de Zambie
  • Bonaventure ADJAVOR: Chargé d’Affaires de l’ambassade du Ghana
  • Kako NUBUKPO: Directeur de la francophonie économique et numérique, ancien ministre de la prospective du Togo
  • Amadou BAH: Spécialiste de l’industrie minière
  • Khady SAKHO NIANG: ancienne présidente du Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrants (FORIM)

 recommandations